A propos

Qui suis-je et quels sont mes outils?

Mon parcours professionnel est atypique. Pour qui ne l’est-il pas en 2021?

Criminologue de formation, j’ai exercé longtemps un emploi visant à  proposer aux professionnels de la santé des solutions en termes de produits. J’ai appris à écouter l’autre. Ecouter ses besoins pour lui apporter une réponse  la plus juste.

En criminologie, l’université (ULB) nous apprend à percevoir une problématique comme étant une construction de l’homme vivant en société. L’université nous apprend à percevoir divers facettes telles que l’aspect psychologique, sociologique, juridique, politique, historique,  biologique et médical.

Curieuse depuis très longtemps de ce qu’il y a dans mon assiette, l’idée a germé de me former en nutrition. Une magnifique découverte. Le moment pour moi de me rappeler à quel point j’avais adoré mon cours de biologie en première candidature. Le monde de la nutrition évolue au rythme de la recherche. Ainsi, la formation fera toujours partie de mon emploi du temps. J’ai donc choisi de me former au CFNA (Centre de formation de nutrition appliquée).

En chemin, j’ai voulu déformer mon esprit très rationnel mais très créatif (sculpture aux Beaux-Arts) en étudiant une autre approche. J’avais envie de pouvoir mettre d’autres lunettes et regarder l’humain autrement, sous un aspect différent. Comprendre un peu ce qu’il se passe  lorsque je fais du yoga.

J’ai voulu abordé un autre chapitre, non enseigné à l’université car trop abstrait et trop contreversé. Le Qi. Le souffle. L’énergie. Je ne parle pas ici du cours de physique enseigné en secondaire. J’ai voulu comprendre ce qu’il se passait aussi durant mes séances de Yoga mais si cette pratique est évidemment différente.

Enfin, afin de pouvoir apprendre à vivre pleinement chacune de mes expériences, sans jugement, c’est vers la pleine conscience que je me tourne actuellement pour compléter mes apprentissages . (ULB)

 

Il est important de préciser que je ne fournis pas de soins médicaux. Je m’interdis formellement de rentrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades. Il est recommandé de s’adresser à un professionnel de la santé dûment accrédité par les autorités sanitaires pour toute question relative à une pathologie.